C’est souvent le regard qui subit les premiers assauts du vieillissement. Celui-ci se manifeste sous la forme d’une altération de la peau qui s’affine, se flétrit et se distend. Toutefois, avant d’avoir recours à une blépharoplastie, il importe de vérifier si ce n’est pas la distension du front qui « pèse » sur le regard. Dans ce cas, un lifting du front doit être associé au traitement des paupières, et peut même le remplacer.

Progressivement, se développent des poches d’origine graisseuse, dans la partie interne des paupières supérieures, et sous les paupières inférieures, donnant l’impression de yeux cernés, et conférant au regard un aspect de fatigue permanente.

Certains aspects de ce vieillissement du regard peuvent être corrigés. Les rides d’expression  survenant lors du sourire peuvent être considérablement atténuées. Cette intervention, qui rajeunit véritablement le regard, peut être isolée ou en complément d’un lifting frontal ou d’un lifting cervico-facial.

Réalisée à tout âge, dès lors que des anomalies sont accessibles à une correction efficace, cette intervention doit être précédée d’une consultation, au cours de laquelle sont expliquées les modalités opératoires.

Un bilan médical, un dossier photographique sont établis, et parfois un examen ophtalmologique est proposé.

  • L’anesthésie :

En fonction du type d’intervention envisagé et de ses associations, l’anesthésie sera soit locale, soit une neurolept analgésie associée à une locale, soit, plus rarement une anesthésie générale.

  • L’intervention :

Pour corriger l’excédent cutané de la paupière supérieure qui gêne le maquillage et vieillit le regard en l’attristant, l’incision se fait à quelques millimètres au dessus des cils, dans le pli de la paupière supérieure (pli palpébral).

Cette incision ne laisse pratiquement aucune trace, car la peau de paupière cicatrice parfaitement. Tout au plus pourra-t-on voir dans quelques semaines un fin trait rosé, que le maquillage dissimule complètement.

Par cette incision, l’excès cutané est éliminé, et la graisse responsable du gonflement près du nez est remodelée. Il s’agit d’une intervention très minutieuse, souvent réalisée à l’aide d’une loupe.

Parfois, il est proposé de remonter l’angle externe des paupières, pour accentuer l’aspect d’œil en amende.

Pour le rajeunissement des paupières inférieures, l’incision se situe au ras des cils et devient très vite quasiment invisible.

Les poches graisseuses, et, s’il existe un excès cutané, celui-ci sera éliminé par redrapage. La peau ne sera jamais retendue, mais plutôt redistribuée de façon à bien « tomber ».

Un pansement léger est mis en place pendant quelques heures, et le ou la patiente peut alors rentrer chez lui le soir ou le lendemain de l’intervention, suivant l’importance de celle-ci et le mode d’anesthésie employé.

  • Les suites opératoires :

Elles sont normalement marquées par la survenue d’ecchymoses modérées qu’il convient de protéger des rayons du soleil. L’oedème conjonctival se manifeste parfois par une impression de « grains » dans l’œil, qui disparaît en quelques jours.

Le chirurgien est disponible à tout moment pour recevoir et expliquer l’intervention à son patient. Celui-ci doit revenir en consultation dans les huit jours qui suivent, pour un contrôle post opératoire.

Il n’y a pas de points à retirer, car la technique employée utilise soit des surjets intradermiques, soit des fils résorbables. Le maquillage est possible dès le cinquième jour post opératoire.

  • Les incidents et complications :

Toutes interventions chirurgicales, même pratiquée par un chirurgien expérimenté peut générer des complications : hématome important justifiant son évacuation rapide afin de ne pas perturber la vision, douleur oculaire due à une petite éraflure, rétraction temporaire de la paupière.

Ces cas sont extrêmement rares, et si nous les signalons, c’est pour fournir une information complète et rigoureuse, sur une intervention de chirurgie esthétique qui donne d’excellent résultats à très long terme.

 

Publicités